Je ne pense pas t’avoir parlé du Métronome.

Je pourrais relire ce que je t’ai déjà dit, mais ce soir, je suis un peu fatigué et je n’en ai pas le courage.

Donc, si je l’ai déjà abordé, et bien sa spécialité, aura doublement marqué mon histoire.

On aurait dit une parodie à lui tout seul.

Il avait un physique tout ce qu’il y a de plus banal, mais lorsqu’il me prenait, il était imperturbable et d’une précision suisse.

On aurait dit que je me faisais culbuter par un culbuto, qui au bout de quatre minutes et trente-cinq secondes, remplissait le préservatif.

Si je suis si précis, c’est parce que j’ai chronométré et qu’il a toujours mis exactement quatre minutes et trente-cinq secondes.

Et s’il me faisait penser à ce jouet qui carillonne quand il se balance, c’est parce qu’à chaque fois que son corps entrait en contact avec mon postérieur et ce avec la régularité et la précision d’une horloge comtoise, il poussait une espèce de ahanement ridicule, que je pensais n’être là que pour couvrir le son produit par le choc de nos peaux l’une contre l’autre.